Les Enfants Créateurs lisent : De la transmission au désir d’autonomie 

Résumé : Le film alterne entre deux séquences de jeu : le jeu seul et le jeu à deux. De la transmission au désir d’autonomie : la petite sœur cherche à affirmer son identité et a du mal à accepter les conseils de sa grande sœur qui cherche pourtant à l’aider.

De la transmission et désir d’autonomie :

Romane, qui vient d’avoir 5 ans, est au fait du jeu proposé par le livre que détient Gisèle, 17 mois. Aussi, elle cherche à apprendre à sa petite soeur le jeu de l’appui qui déclenche un son. Il est très intéressant de voir que Gisèle laisse sa soeur lui prendre sa main mais elle détourne la tête et regarde ailleurs. Elle garde ainsi son quant à soi par sa tête détournée mais pourtant sa main est entrain d’apprendre.

La transmission peut paraître paradoxalement frustrante :

Finalement on verra la cadette déclencher seule le jeu qu’elle a appris de son aînée, patiente. La transmission peut générer des sensations de dépendance contre lesquelles le plus petit peut s’insurger. Néanmoins, la cadette admire le savoir de l’aîné et en redemande. On peut remarquer que la soeur aînée a une certaine délicatesse dans sa manière de transmettre.

Les Enfants sont Créateurs de leur histoire :

De la transmission au désir d’autonomie, chaque enfant doit être considéré dans sa singularité. Le désir d’autonomie est de bon aloi à condition de ne pas penser que l’enfant n’a plus besoin de l’adulte pour se développer. La juste distance est à réfléchir avec chaque enfant en fonction de sa personnalité. Un désir d’autonomie peut être aussi l’envers, la face cachée d’un très fort besoin d’être contenu et sécurisé. Chaque mouvement exprime silencieusement son contraire.

© Copyright : Film vidéo sur le jeu de l’enfant réalisé par Sophie Anita, tous droits réservés, 2017.

Pour en savoir plus sur la psychologie de l’enfant qui joue : Comprendre le jeu de l’enfant

 

Le jeu est un langage

Le jeu est un langage, un langage essentiellement émotionnel : Sophie Anita, photographe et psychologue, filme le théâtre du jeu des "enfants terribles" : la créativité de l'enfant dans le jeu au regard de ses mouvements émotionnels.

Les textes qui accompagnent les vidéos témoignent de la nécessité de regarder avec beaucoup d’attention le déroulement des séquences de jeu. En effet, l’enfant par une simple mimique, un geste ou une posture peut être révélateur d’un état émotionnel intérieur. C’est là le principal moyen de communication des bébés et jeunes enfants. Et, sa pensée commence par s’exprimer dans ses émotions.

Chaque situation est singulière et l'empathie, ou la capacité de se décentrer en se mettant à la place de l'enfant, est déterminante pour saisir ces messages qui sont surtout émotionnels. En effet, la capacité de l’adulte à ressentir les émotions de l’enfant aide à comprendre ce qui est en jeu.

Nommer l’émotion est fondamental pour le développement de l'enfant, car c’est reconnaître la singularité de son identité. C'est aussi accepter que l’enfant est en droit d’avoir des émotions. Que ce soit de la colère, de la jalousie, de la tristesse … elles sont souvent liées à la peur de perdre sa place.

Traduire calmement les émotions en langage verbal permet à l'enfant de s’apaiser. Celui-ci pourra ainsi "digérer" cette réaction affective qui le déborde et transformer positivement ses émotions en pensée. Une émotion de peur, de colère ou de tristesse pourra se métaboliser en joie et en plaisir à créer si elle est accueillie, entendue et comprise par l’adulte.

Il est important de souligner que l’identité de l’enfant naît d'une co-création entre l'enfant et l'adulte et dépend de la qualité des interactions. Ainsi, l'enfant s'appuie sur la qualité des liens tissés au fil des années avec son environnement. Progressivement, il acquiert son autonomie pour devenir une personne se sentant en sécurité et digne d'être aimé.

Musique des films

Debussy interprété par Philippe Entremont : Clair de Lune, Deux arabesques, Images I & II, Children's, Corner, ©Sony Classical, 1992.

Bizet ; Jeux d'enfants, Ravel : "Ma mère l'Oye, Fauré ; Dolly Suite" intérprété par Katia & Marielle Labèque, ©Philips, 1985

Ravel interprété par Philippe Entremont : Complete Piano Works, Sony Music Entertainment Inc, 1974 ©Sony Classical, 1994.