Le frère aîné joue le maître d’école pendant que la sœur cadette dessine.

Résumé : Valentin joue le maître d’école et donne des consignes, sa sœur qui fait semblant d’écouter et se focalise sur son dessin. A son tour, le frère imite la sœur dans une circulation des places et des rôles qui est bénéfique pour chacun des protagonistes de la scène.

Le frère aîné cherche à imiter l’adulte

Valentin, 5 ans, joue le maître d’école. Il écrit des lettres au tableau et demande à Melisande, 2 ans 7 mois, de les recopier. La soeur fait semblant de suivre la consigne de son frère mais elle est trop jeune pour écrire des lettres.

La sœur cadette représente le loup qui habite son imaginaire

Comme beaucoup d’enfants, Melisande est fascinée par les histoires de loups, utilisé dans les contes pour enfants, qui viennent hanter les maisons la nuit. Autour de cette figuration inquiétante qui est le loup mais attirante parce qu’elle représente l’inconnu, l’enfant trace des contours qui, en quelque sorte, enveloppe ce personnage inquiétant. Cela fait partie de tracés fréquemment retrouvés chez des enfants qui se sentent suffisamment sécurisé à l’intérieur d’eux-mêmes.

Valentin s’imagine partir à l’aventure

Voyant sa soeur occupée par son dessin, Valentin délaisse son rôle de maître d’école. Il décide de représenter un phare dont il dit qu’il a « beaucoup de pouvoir parce qu’il va guider les bateaux la nuit ». Il nous montre à quel point un moteur, ça fait marcher la machine. La maison vient témoigner de son paysage construit. Plus tard le bateau voguera vers l’Australie comme Valentin peut s’imaginer partir à la découverte du monde.

Les Enfants sont Créateurs de leur Histoire

Conclusion : En dessinant, l’enfant représente, à sa manière, comment il perçoit le monde. C’est pour lui un moyen très important de s’approprier les formes de ce monde et de les agrémenter de ses propres fantaisies imaginaires. Le dessin est moyen d’expression que l’enfant destine au parent implicitement ou explicitement. Et l’enfant attend en retour pour le moins une approbation et pour le mieux des félicitations : cette reconnaissance de l’adulte va le valoriser. Cependant, cela fait partie du respect auquel l’enfant a droit que de ne pas chercher à interpréter son dessin. Il peut arriver que l’enfant ne veuille rien en dire et c’est aussi à respecter.

© Copyright : Film vidéo sur le jeu de l’enfant réalisé par Sophie Anita, tous droits réservés, 2017.

Pour en savoir plus sur la psychologie de l’enfant qui joue,

Comprendre les émotions de l’enfant

 

Le jeu est un langage

Le jeu est un langage, un langage essentiellement émotionnel : Sophie Anita, photographe et psychologue, filme le théâtre du jeu des "enfants terribles" : la créativité de l'enfant dans le jeu au regard de ses mouvements émotionnels.

Les textes qui accompagnent les vidéos témoignent de la nécessité de regarder avec beaucoup d’attention le déroulement des séquences de jeu. En effet, l’enfant par une simple mimique, un geste ou une posture peut être révélateur d’un état émotionnel intérieur. C’est là le principal moyen de communication des bébés et jeunes enfants. Et, sa pensée commence par s’exprimer dans ses émotions.

Chaque situation est singulière et l'empathie, ou la capacité de se décentrer en se mettant à la place de l'enfant, est déterminante pour saisir ces messages qui sont surtout émotionnels. En effet, la capacité de l’adulte à ressentir les émotions de l’enfant aide à comprendre ce qui est en jeu.

Nommer l’émotion est fondamental pour le développement de l'enfant, car c’est reconnaître la singularité de son identité. C'est aussi accepter que l’enfant est en droit d’avoir des émotions. Que ce soit de la colère, de la jalousie, de la tristesse … elles sont souvent liées à la peur de perdre sa place.

Traduire calmement les émotions en langage verbal permet à l'enfant de s’apaiser. Celui-ci pourra ainsi "digérer" cette réaction affective qui le déborde et transformer positivement ses émotions en pensée. Une émotion de peur, de colère ou de tristesse pourra se métaboliser en joie et en plaisir à créer si elle est accueillie, entendue et comprise par l’adulte.

Il est important de souligner que l’identité de l’enfant naît d'une co-création entre l'enfant et l'adulte et dépend de la qualité des interactions. Ainsi, l'enfant s'appuie sur la qualité des liens tissés au fil des années avec son environnement. Progressivement, il acquiert son autonomie pour devenir une personne se sentant en sécurité et digne d'être aimé.

Musique des films

Debussy interprété par Philippe Entremont : Clair de Lune, Deux arabesques, Images I & II, Children's, Corner, ©Sony Classical, 1992.

Bizet ; Jeux d'enfants, Ravel : "Ma mère l'Oye, Fauré ; Dolly Suite" intérprété par Katia & Marielle Labèque, ©Philips, 1985

Ravel interprété par Philippe Entremont : Complete Piano Works, Sony Music Entertainment Inc, 1974 ©Sony Classical, 1994.