Les Enfants Créateurs se déguisent : Le frère en Ninja® attaque sa soeur en pompier

Résumé : Les Enfants, Créateurs de leur histoire, se déguisent : Le frère en Ninja® attaque sa soeur en pompier. Sophie Anita filme le jeu de l’enfant : le frère aîné met en scène l’agressivité vis à vis de sa petite soeur. Cependant, l’aîné, qui joue le rôle prédateur, garde le contrôle de sa puissance et parvient à dominer ses pulsions en restant dans le jeu du faire-semblant. Il est content de démontrer sa dextérité dans le maniement des armes.

L’aîné attaque :

Côme, 4 ans et 3 mois, se déguise en « tortue Ninja qui a une épée de feu« . Il exprime ainsi sa quête de puissance et sa lutte pour protéger sa place d’aîné.

La petite soeur calme le jeu par la parole :

Salomé, 2 ans et 7 mois, choisit d’être « le pompier qui éteint le feu ». Elle se protège des agressions de son frère de manière réfléchie par le recours à la parole. Elle sait que ce n’est pas par la force qu’elle protègera sa propre place. Est-ce là l’origine de la maturité qu’elle montre en étant capable d’opposer une règle sans engager son corps ? La soeur cadette énonce de manière affirmée pour se défendre : « les Ninja attaquent pas les pompiers ». Finalement, elle se rend compte de son impuissance et décide de quitter le jeu en exprimant le danger : « Y a le feu, y a le feu ! »

La chorégraphie de l’aîné canalise son agressivité :

Côme continue l’exhibition de sa force en montrant sa capacité de jouer le jeu de son héros, la tortue Ninja®, qu’il incarne. Il y déploie une remarquable dextérité des armes en créant sa propre chorégraphie.

Les Enfants sont Créateurs de leur Histoire :

L’enfant peut exprimer son agressivité à condition de respecter le jeu du faire-semblant. Cependant, l’expression d’une apparente toute-puissance, peut cacher parfois une impuissance sous-jacente douloureuse. C’est pourquoi, le rôle de l’adulte est d’accueillir cette agressivité en aidant l’enfant à s’exprimer par la parole plutôt que par le passage à l’acte. Ainsi, l’enfant pourra ainsi  progressivement maîtriser sa violence. Elle fait partie de son dynamisme et peut être utilisée à des fins d’affirmation de soi et de créativité. D’ailleurs, le sport est une remarquable canalisation de ces mouvements.

© Copyright : Film vidéo sur le jeu de l’enfant réalisé par Sophie Anita, tous droits réservés, 2017.

Pour en savoir plus,

 comprendre les émotions de l’enfant qui joue ?

Le jeu est un langage

Le jeu est un langage, un langage essentiellement émotionnel : Sophie Anita, photographe et psychologue, filme le théâtre du jeu des "enfants terribles" : la créativité de l'enfant dans le jeu au regard de ses mouvements émotionnels.

Les textes qui accompagnent les vidéos témoignent de la nécessité de regarder avec beaucoup d’attention le déroulement des séquences de jeu. En effet, l’enfant par une simple mimique, un geste ou une posture peut être révélateur d’un état émotionnel intérieur. C’est là le principal moyen de communication des bébés et jeunes enfants. Et, sa pensée commence par s’exprimer dans ses émotions.

Chaque situation est singulière et l'empathie, ou la capacité de se décentrer en se mettant à la place de l'enfant, est déterminante pour saisir ces messages qui sont surtout émotionnels. En effet, la capacité de l’adulte à ressentir les émotions de l’enfant aide à comprendre ce qui est en jeu.

Nommer l’émotion est fondamental pour le développement de l'enfant, car c’est reconnaître la singularité de son identité. C'est aussi accepter que l’enfant est en droit d’avoir des émotions. Que ce soit de la colère, de la jalousie, de la tristesse … elles sont souvent liées à la peur de perdre sa place.

Traduire calmement les émotions en langage verbal permet à l'enfant de s’apaiser. Celui-ci pourra ainsi "digérer" cette réaction affective qui le déborde et transformer positivement ses émotions en pensée. Une émotion de peur, de colère ou de tristesse pourra se métaboliser en joie et en plaisir à créer si elle est accueillie, entendue et comprise par l’adulte.

Il est important de souligner que l’identité de l’enfant naît d'une co-création entre l'enfant et l'adulte et dépend de la qualité des interactions. Ainsi, l'enfant s'appuie sur la qualité des liens tissés au fil des années avec son environnement. Progressivement, il acquiert son autonomie pour devenir une personne se sentant en sécurité et digne d'être aimé.

Musique des films

Debussy interprété par Philippe Entremont : Clair de Lune, Deux arabesques, Images I & II, Children's, Corner, ©Sony Classical, 1992.

Bizet ; Jeux d'enfants, Ravel : "Ma mère l'Oye, Fauré ; Dolly Suite" intérprété par Katia & Marielle Labèque, ©Philips, 1985

Ravel interprété par Philippe Entremont : Complete Piano Works, Sony Music Entertainment Inc, 1974 ©Sony Classical, 1994.