Sophie Anita, photographe et psychologue, filme Les Enfants, Créateurs de leur histoire

Sophie Anita, photographe : mes premiers pas en vidéo avec Sony®

Déjà enfant, mon père nous filmait depuis le plus jeune âge. Par la suite, j’étais heureuse de redécouvrir les images filmées en 8 mm. En effet, je considère que c’est un grand cadeau fait à l’enfant que de se revoir des années plus tard. Dès l’âge de 10 ans, lorsque j’ai reçu mon premier appareil photo instamatic Kodak®, j’aimais faire des photos de famille. Par ailleurs, je rêvais d’un appareil qui puisse déclencher à l’infini sans avoir à me préoccuper de recharger la pellicule : je l’ai rêvé et Sony® l’a crée en lançant les premiers caméscopes.

A la naissance de ma fille, je fus particulièrement touchée par ses yeux grands ouverts qui découvraient le monde et par ses gestes ralentis qui traçaient des dessins dans l’espace. D’ailleurs, j’aimais la regarder pendant des heures et découvrir les mystères du début de la vie. A la fois étonnée et impressionnée par le développement si rapide du bébé,  je tentais de garder en vidéo les souvenirs de cette histoire si singulière.

Je réalisais mes premiers pas en vidéo grâce à Sony® pendant que ma fille faisait son entrée dans la vie. Mon intérêt pour les images s’est doublé de la découverte de l’espace du jeu, en tant que lieu où l’enfant développe son identité. Il m’en est venu le désir et la vocation d’en garder la trace avec la conviction impérative de préserver l’authenticité. Aussi, ces images ont été tournées dans le plus grand respect de la personnalité de l’enfant. Ceci est à souligner car tant d’images actuelles sont issues de manipulations d’adultes à des fins essentiellement commerciales. Celles proposées sur le site les enfants créateurs de leur histoire, sont des émergences directes de l’espace du jeu. En effet, dans cet espace, l’enfant crée son propre univers, avec un souci majeur pour le respect de son improvisation et de sa créativité.

Sophie Anita, psychologue, filme le jeu de l’enfant pour révéler l’émergence de sa créativité et sa capacité de penser :

En 1992, moi, Sophie Anita, j’ai crée l’agence Sofiacome, Photo et Film. Mon travail a toujours été tourné vers l’enfant, ses expressions, son développement et sa créativité. A ce titre, pour le Magazine Famili, j’ai suivi le développement d’un enfant de 0 à 1 an. De plus, pour Enfant Magazinej’ai réalisé plusieurs reportages dans le cadre de la rubrique « Comment faire ?« .

Parallèlement, j’ai validé un Master en psychologie clinique à l’université Paris Descartes. En effet, ces études venaient s’insérer directement dans mon questionnement sur les origines de la singularité de chaque enfant, laquelle m’était révélée par mon travail de photographe.

J’ai récemment repris le travail exploratoire en vidéo sur le jeu de l’enfant que j’avais initié avec ma fille. D’ailleurs, cette démarche fut motivée à la fois par mon approfondissement de la psychologie de l’enfant et par les progrès de la technologie. En effet, il est important de souligner à quel point certains appareils photos permettent aujourd’hui de réaliser des images vidéo d’une qualité exceptionnelle. Cependant, cette nouvelle pratique exige une grande stabilité d’image que je développe dans la rubrique Cadre du tournage.

Les premiers films réalisés en studio sont en ligne sur le site de l’agence Sofiacome, photo et film, que j’ai crée il y a 25 ans. A ce titre, vous pouvez en découvrir un exemple ci-dessus, vidéo dans laquelle l’enfant de 20 mois s’étonne devant son image qui se reflète dans le miroir.

Sophie Anita, photographe et psychologue, cherche à comprendre Les Enfants, Créateurs de leur Histoire :

A la suite de cette première expérience en studio, je décide, en tant que psychologue, de filmer les enfants à leur domicile dans leur univers quotidien. Ceux-ci oublient facilement la caméra posée discrètement à distance du jeu. Ils laissent libre cours à leur imagination en exprimant des émotions authentiques. En effet, ce cadre est particulièrement favorable à l’émergence de leur personnalité, leur créativité dans le jeu au regard des mouvements émotionnels.

Cependant, l’enfant est aujourd’hui particulièrement attiré par les jeux des adultes, à savoir les écrans, les tablettes, les téléphones portables. Or, les jeux symboliques en trois dimensions (imitation, jeu du faire-semblant, déguisement, construction …) sont essentiels pour le développement de l’enfant, la compréhension du monde, l’enrichissement du vocabulaire, la relation avec les pairs… C’est dans le jeu et à travers le jeu que l’enfant travaille la relation, développe son imagination tout en transformant inconsciemment sa frustration en plaisir à créer.

La place que le parent accorde au jeu de l’enfant est très essentiel. En effet, l’enfant a besoin de se sentir valoriser dans le travail qu’il réalise dans le jeu. Par ce biais, il se sentira reconnu à la fois dans son identité et dans sa singularité.  Et, n’oublions pas que même si le jeu est un travail, le travail doit rester un jeu initié par l’enfant dans lequel il découvre le plaisir de créer. Cependant, si l’excitation déborde, l’enfant aura besoin des paroles apaisantes du parent pour l’aider à contenir ses émotions et comprendre ce qu’il met en scène dans son jeu.

Il est important de souligner, qu’en tant qu’adulte, nous avons perdu la compréhension de ce langage essentiellement non verbal. Et, l’enfant peut réveiller les émotions insuffisamment élaborées de la part d’enfance chez l’adulte. Dans de telles situations, il semble important que l’adulte prennent de la distance avec ses propres émotions liées à l’enfant qu’il a été. S’il ne parvient pas à réaliser ce pas de côté, il nous semble important qu’il prenne contact avec un professionnel qui l’aide à digérer les conflits de son enfance pour qu’ils ne viennent pas interférer dans la relation avec ses enfants.

Pour en savoir plus,

Pourquoi le jeu est un langage essentiellement émotionnel ?